L’Union européenne participera au financement du PSE d’Air France

La Commission propose une aide de 25,9 M€ au titre du Fonds d’ajustement à la mondialisation, en faveur des salariés licenciés par Air France.

 

L’enveloppe devrait profiter à 3886 ex-salariés de la compagnie, sur les 5 213 qui ont perdu leur emploi dans le cadre de ce PSE de grande ampleur. La somme est censée les aider retrouver du travail, grâce à des dispositifs de formation professionnelle et de conseil. Elle représente environ la moitié du coût total des mesures de reclassement qui s’élève 51,8 M€.

 

Ces licenciements résultent d’un déclin rapide de la part de marché de l’Union européenne dans le transport aérien international de passagers entre 2008 et 2013. Cette période a été difficile pour les principales compagnies. Elles ont toutes enregistré des pertes sur au moins deux des cinq exercices. Dans ce contexte, Air France, confrontée à une lourde dette et à une capitalisation boursière insuffisante (inférieure à la valeur de sa flotte), n’a pas été en mesure de réagir efficacement.

 

La proposition de la Commission va maintenant être soumise à l’approbation du Parlement européen et du Conseil de l’UE. «Du fait de la mondialisation, de nombreux secteurs et industries traversent des mutations structurelles majeures. Le Fonds européen d’ajustement à la mondialisation est l’expression concrète de la solidarité européenne », explique Marianne Thyssen, commissaire européenne pour l’emploi, les affaires sociales, les compétences et la mobilité des travailleurs « Il continuera d’aider les États membres à réintégrer sur le marché du travail des personnes qui ont perdu leur emploi et à adapter leurs compétences. Mon intention est d’en maximiser les performances au cours des prochaines années».