L’Union européenne peine à recruter des fonctionnaires

L’Office européen de sélection du personnel (EPSO) devrait revoir sa manière de sélectionnerles nouvelles recrues pour la fonction publique de l’UE,  recommande un rapport publié ce 29 octobre par la Cour des comptes européenne. En cette période caractérisée par uneréduction des effectifs et par la progression du passage au numérique, les institutions de l’UE souhaitent de plus en plus souvent recruter des spécialistes susceptibles d’être rapidement opérationnels. Les auteurs de cet audit constatent que les processus de sélection de l’EPSO sont mal adaptés à des concours ciblés à petite échelle censés inciter ces spécialistes à se porter candidats à des emplois dans la fonction publique de l’UE. Ils soulignent en outre plusieurs faiblesses dans les procédures de sélection de généralistes mises en œuvre par l’EPSO.

 

L’office sélectionne les futurs fonctionnaires de l’UE au moyen de deux grands types de concours. Primo, des concours de grande ampleur pour le recrutement au grade de base de généralistes tels que des juristes, des économistes et des traducteurs. Secundo, des concours plus restreints pour des profils spécifiques comme des experts en technologies de l’information et des scientifiques. Il a été créé en 2003, à un moment où les institutions devaient recruter un grand nombre de personnes chaque année en raison des élargissements de 2004 et de 2007. Or, depuis 2012, les profils spécialisés constituent la majorité des nouveaux postes offerts par les institutions de l’UE, et la plupart des concours ont abouti à des listes de réserves courtes (moins de 30 lauréats).

 

« Les concours organisés par l’EPSO permettent d’accéder à la fonction publique de l’UE, mais ils ne répondent plus aux besoins actuels de ses institutions en matière de recrutement », a déclaré Annemie Turtelboom, membre de la Cour des comptes européenne et coordinatrice du rapport. « L’EPSO doit réexaminer ses processus de sélection, lancer un nouveau système de sélection de spécialistes plus rapide, plus souple et plus économique, et renforcer sa capacité d’adaptation à l’environnement de recrutement en mutation. »