L’Unsa progresse sur la route escarpée menant à la représentativité

Au vu des résultats du cycle électoral  annoncés ce 31 mars, l’Unsaa fait des progrès, mais elle doit encore faire des efforts pour entrer dans la cour des grands.

L’Unsa séduit plus de salariés que précédemment. Elle a recueilli 64 859 suffrages supplémentaires, soit une augmentation de 30,07 %. Exprimé en points de représentativité, le bond est moins spectaculaire : +1,06 point par rapport à 2013. Au total, l’organisation dirigée par Luc Bérille  (photo) a capté 280 555 voix, soit 5,35 % des suffrages exprimés, « malgré des moyens très modestes, incomparables à ceux consentis aux concurrents », tient -elle  à préciser.

 

La progression se mesure également au nombre de branches professionnelles dans lesquelles l’Unsa  a maintenant voix au chapitre : 86 conventions collectives nationales, au lieu de 58 filières, jusqu’ici. « La capacité à être encore plus utile et efficace dans la défense de l’intérêt des salariés s’étend donc ainsi à de nouveaux secteurs professionnels », dit-elle, qualifiant son propre score de « bon ».  Toutefois, la route vers la représentativité nationale est encore longue : il faut atteindre le cap de 8%, en plus de l’être dans des branches de l’industrie, de la construction, du commerce et des services, tout en remplissant des critères liés à une ancienneté minimale de deux ans, à l’indépendance, au respect des valeurs républicaines, à la transparence financière. Mais sur ce dernier plan, l’Unsa a déjà fait ses preuves.