Covid-19 : sévère réquisitoire contre la stratégie française

Selon une étude que publie l’Institut économique Molinari , la France est «  plus mal en point « que la moyenne du G10 ayant une stratégie d’atténuation de la pandémie.  Son jugement est sévère : » 45 fois plus de morts, PIB du deuxième trimestre 2021 ramené quatre ans en arrière, libertés moins bien défendues, mobilités réduites : la stratégie française contre la Covid est perdante sur tous les plans »

Le nombre de morts par million d’habitants est 45 fois plus élevé dans l’Hexagone, ce qui représentait 107 000 morts de trop au 30 juin 2021 par rapport aux pays Zéro Covid de l’OCDE.  Cécile Philippe, présidente de l’institut et co-auteure de l’étude est catégorique : « la Covid-19 continue de circuler dans les pays ne cherchant pas éradiquer la pandémie, avec des économies à la peine et des libertés et mobilités réduites. Cela engendre indirectement une multiplication des problèmes moraux avec, par exemple, des enfants peu protégés et exposés à la circulation virale dans les écoles françaises ou des tensions avec ceux qui ne veulent pas se faire vacciner ».

 

 En 2020, le recul du PIB a été 5 fois plus prononcé, avec un écart de 6,3 points de PIB et un manque-à-gagner de création de richesse équivalent à 2 200 euros par habitant.   Au 1er trimestre 2021, l’écart de croissance par rapport aux pays Zéro Covid représentait 5,5 points de PIB, soit un manque à gagner de 400 euros par habitant. Alors que les pays Zéro Covid avaient un PIB en hausse de 1,4 %, il était en recul de 4,2 % en France par rapport au dernier trimestre 2019.

 

Au 2ème trimestre 2021, la France n’a pas récupéré son niveau de PIB trimestriel d’avant crise. Il était au niveau du troisième trimestre de 2017.   Le recul des libertés était plus prononcé. L’index de rigueur ou Stringency Index était en moyenne de 57 depuis le début de la pandémie en France, contre 52 en Australie, Corée du Sud et Nouvelle-Zélande appliquant une stratégie Zéro Covid ou assimilée. Nicolas Marques, DG de l’institut , également co-auteur de l’étude, explique : « Au sein des pays riches, les écarts découlent de choix stratégiques différents face à Covid-19. La plupart des pays du G10 ont choisi une démarche d’atténuation, en ne capitalisant pas sur l’effort très significatif fait par leurs populations lors du confinement du 2ème trimestre 2020 ». Ainsi, « l’Australie, la Nouvelle-Zélande, la Corée du Sud, ont considéré, au contraire, que l’élimination durable du virus était un investissement clef pour leurs économies et sociétés. Les données montrent que leur stratégie Zéro Covid est quadruplement gagnante dans la durée. Elle réduit drastiquement la mortalité tout en protégeant bien mieux les économies, les libertés et les mobilités »

Le recul des mobilités était 3 fois plus prononcé. Les données de mobilité de Google montrent que le recul des mobilités associées aux lieux de travail et lieux de loisirs et commerce de détail était de de 29 et 33 % depuis le début de la pandémie en France, contre 10 et 11 % en Australie, Corée du Sud et Nouvelle-Zélande.