Maladies chroniques en milieu professionnel : des dispositifs très attendus

Selon une enquête que publie ce 30 octobre le collectif Travail & SEP qui regroupe APF France handicap, Unisep, LFSEP et Roch, les Français sont favorables à la mise en place de dispositifs d’information et d’accompagnement des maladies chroniques évolutives.

Plus de huit personnes sur dix interrogées sont favorables à la mise en place de programmes financés par l’État afin de sensibiliser les employeurs à l’impact professionnel des maladies chroniques évolutives. Le sida, certaines hépatites, le cancer, le diabète, la sclérose en plaques, la maladie de Parkinson, l’épilepsie, la maladie d’Alzheimer, l’asthme, les rhumatismes, la myopathie sont des maladies chroniques évolutives. Une majorité des prospects se montre également favorable à toute mesure pouvant favoriser l’insertion professionnelle des personnes touchées. Celles-ci pourraient, notamment, bénéficier d’une organisation de travail tenant compte de la maladie (93 %). Elles pourraient aussi avoir la garantie de retrouver leur emploi ou un emploi de niveau équivalent (91 %). Autres mesures plébiscitées : pouvoir reprendre une activité professionnelle à mi-temps thérapeutique (91 %), ou encore, bénéficier d’un suivi renforcé de la médecine du travail (91 %).

 

Le télétravail (89 %), des droits renforcés en matière d’orientation professionnelle et de formation (89 %) et l’adaptation des critères d’évaluation professionnelle aux conditions physiques et mentales sont aussi cités comme dispositifs efficaces. L’entourage des personnes touchées par une maladie chronique évolutive n’est pas oublié puisque 90 % des Français soutiennent l’idée de renforcer les droits des proches aidants (jours de congé supplémentaires, aide financière, retraite, etc.)