Malmenée, la fonction publique hospitalière est valorisée par les usagers

Mal payé, œuvrant dans des conditions de travail difficiles, le personnel de la fonction publique hospitalière a une consolation : son professionnalisme est reconnu et apprécié des patients.

 

À l’approche du plan de réforme de l’hôpital et du système de santé attendu fin mai, Casden Banque Populaire, banque coopérative de la fonction publique, a demandé à l’institut BVA d’interroger les Français sur leur perception de la fonction publique hospitalière et leur opinion sur le personnel qui y travaille. Les résultats sont sans nuance : 95 % des personnes interrogées estiment que les personnes travaillant dans les hôpitaux publics sont compétentes et pour 88 % d’entre elles, elles sont passionnées par leur métier. D’autre part, plus de la moitié de la population pense que les professionnels garantissent la même qualité de soins à tous les patients, sans tenir compte de leurs revenus, tout en restant à leur écoute.

 

Les qualités les plus fréquemment citées sont: le professionnalisme ( %), l’expertise (49 %) et la disponibilité (46 %). À l’inverse, les qualités les moins identifiées sont le respect de la laïcité (9 %), la solidarité (8 %) et la proximité (6 %).

 

Dans le domaine des conditions de travail, le grand public n’est pas dupe. Selon l’enquête Casden-BVA, la majorité des Français (88 %) considère que les personnes travaillant dans les hôpitaux publics sont soumises à de mauvaises conditions de travail (matériel, effectif, horaires…). Par ailleurs, près de la moitié des prospects estiment que les fonctionnaires hospitaliers n’ont pas à leur disposition les dernières innovations médicales (médicaments, techniques chirurgicales).