Management : l’autosatisfaction des chefs est tempérée par leurs équipes

Oubliez le cliché de la jeune génération pas très impliquée dans le boulot. Le dernier Observatoire du management Oasys Mobilisation- Kantar TNS  indique au contraire que 64% des collaborateurs âgés de 35 ans se déclarent engagés. Ce ratio est supérieur à la moyenne de 59%.  L’enquête montre par ailleurs que le soutien de la hiérarchie est un facteur  de motivation : 85% des collaborateurs très engagés déclarent pouvoir compter sur le soutien du N+1. De même, ceux qui perçoivent le sens de leur travail en ayant une bonne vision de leur contribution s’investissent plus ( 93%).

 

Le manager est plus attaché à l’entreprise que le travailleur lambda, surtout s’il travaille dans une structure de moins de 50 personnes. Dans cette catégorie, la proportion d’engagés atteint  90%, contre 75% dans les organisations de plus de 1 000 salariés.  Quoi qu’il en soit, les encadrants s’accordent sur un point : ils jugent leur rôle stressant à 77%. Cette proportion grimpe à 84% chez les managers de managers. Parmi les causes de la pression, ils citent en premier lieu l’exigence du court terme (70%). Vient ensuite l’insuffisance de moyens financiers pour motiver les collaborateurs les plus performants (67%). Enfin, la prévention des risques psychosociaux est considérée comme essentielle, même si les intéressés estiment qu’il revient aux directions RH de s’en préoccuper.

 

L’Observatoire du management constate que neuf petits et grands chefs sur dix (94%) sont persuadés de bien remplir leur mission. Leurs équipes ont une appréciation plus nuancée : 64% seulement des collaborateurs sont d’avis que leur supérieur hiérarchique assure en permanence. Alors que 93% des managers estiment atteindre l’équilibre entre performance et bien-être au travail, seuls 60% des collaborateurs partagent cette analyse. Quant au feed-back managérial, 87% des managers déclarent le pratiquer, mais il n’y a que 47% de collaborateurs pour le confirmer.