Marché de l’emploi : l’envie de changer l’emporte sur la peur du chômage

En dépit de la dureté du marché du travail, les salariés, optimistes ou insatisfaits de leur situation, expriment très majoritairement la volonté de changer d’employeur d’ici à la fin de l’année, selon un sondage de Robert Half. Reste à voir quel pourcentage passera à l’acte.

 

Robert Half, expert du recrutement spécialisé, dévoile les résultats de son enquête réalisée auprès de 1000 salariés. 60 % des personnes interrogées pensent chercher un nouvel emploi dans les 12 prochains mois et 32 % envisagent de le faire. Seuls 8 % sont sûrs de rester scotchés à leur place.

 

« Avec de telles données, la rétention des talents pourrait devenir une priorité pour les dirigeants et managers cette année. Si recruter de bons collaborateurs est une chose, les garder dans l’entreprise est un défi. Le management doit mettre en place les bons leviers afin de garder ses talents, car un salaire attractif ne suffit plus », analyse le cabinet. Les entreprises ne doivent pas négliger leur attractivité et miser par exemple sur des modes de management assouplis, développer des méthodes de reconnaissance, de confiance, offrir des perspectives.

 

« À travers les résultats de cette enquête, les salariés français expriment un état d’esprit positif sur les perspectives d’emplois », explique Olivier Gélis, DG de Robert Half France. La confiance renforcée des candidats est un indicateur significatif qui doit être pris en compte, car tout porte à croire que nos salariés français sont plus enclins à l’optimisme. Cet aspect psychologique importe, car il contribue à la dynamique nécessaire à toute économie. Si ces données se confirment, les employeurs doivent d’ores et déjà travailler à la rétention de leurs talents, au risque de les voir s’envoler vers de nouveaux horizons. »

 

Dans le détail, 86 % des quinquas (plus de 55 ans) souhaiteraient changer de travail. Les baby-boomers près de la retraite ont souvent l’envie de retrouver une meilleure harmonie entre leur vie personnelle et leur vie professionnelle. Beaucoup cherchent alors à utiliser leur expérience pour le management de transition. 51 % des 18-34 ans gardent un profil mobile, malgré la conjoncture. 44 % des 35-55 ans sont dans le même état d’esprit.

 

Fait notable, les femmes sont plus nombreuses que les hommes à envisager la recherche d’un nouvel emploi : 70 % d’entre elles répondent qu’elles souhaiteraient changer d’emploi dans l’année.

 

On peut déceler dans ce sondage l’expression d’une insatisfaction. Robert Half préfère y voir le signe d’un optimisme retrouvé. Pour preuve, 68 % des prospects déclarent être plus confiants sur leur recherche d’emploi que l’année précédente.