Métallurgie : FO veut une négociation de branche sur l’activité partielle

La Fédération FO de la métallurgie (FO Métaux) demande la prise en charge du chômage partiel à100% pour tous les salariés de la branche. Jusqu’ici, le travailleur impacté par l’activité partielle de son entreprise perçoit 70 % de sa rémunération brute, soit 84 % du net. L’employeur étant remboursé de l’avance faite à son collaborateur, à condition que son dossier soit agréé par l’administration.

En outre, les métallos FO trouvent que la communication gouvernementale sur cette question manque de clarté. Pour preuve, certains dossiers d’activité partielle sont recalés par les Direccte, « obligeant ainsi les entreprises concernées à reprendre leur activité. De ce fait, la pression est mise sur les entreprises sans se soucier des respects des règles de sécurité pour les salariés ». En outre, certaines préfectures interviennent dans la délivrance des autorisations de continuation d’activité.

 

Le secrétaire général de FO Métaux, Frédéric Homez (photo), propose à l’UIMM d’entamer des négociations sur ce point et sur des mesures d’urgence pouvant aider les entreprises et les salariés à traverser cette crise sanitaire inédite.