Métallurgie : la CFE-CGC et FO signataires de l’accord sur les minima garantis des ingénieurs et cadres

La Fédération de la métallurgie CFE-CGC se déclare signataire de l’accord sur la revalorisation des salaires minimaux des ingénieurs et cadres de la Métallurgie, « malgré la faiblesse de l’ultime proposition de l’UIMM ».  De même, FO Métaux se veut pragmatique : «vu le contexte, notamment de très faible inflation depuis 2015 et, dans le souci d’éviter une année sans augmentation des appointements minimaux garantis au sein de la convention collective des ingénieurs et cadres, FO Métaux a pris la décision de signer cet accord »

 

Le texte prévoit une augmentation de 0,6% des rémunérations sur l’ensemble de la grille. Il est assorti d’une clause de revoyure, condition essentielle de la signature pour pallier à tout dérapage éventuel de l’inflation. FO revendique l’initiative de cette disposition : « nous avons demandé et obtenu une clause de revoyure prévoyant une nouvelle négociation si le taux d’inflation devait dépasser 0,6% d’ici à la fin de l’année 2016, celle-ci aura lieu au plus tard le 31 octobre». De son côté, la CFE-CGC dit avoir particulièrement insisté sur cette clause dans la mesure où, sans vouloir être alarmiste, les tensions géopolitiques au Moyen-Orient pourraient faire craindre en cas de conflit ouvert, un dérapage du prix du pétrole et donc de l’inflation.