Métiers de la restauration : soutien gouvernemental au recrutement de salariés en insertion

À partir du 1er juillet et jusqu’au 30 septembre 2021, l’État apportera un soutien financier de 1,5 euro supplémentaire pour chaque heure effectuée par un salarié en structure d’insertion disposant d’une expérience sur les métiers de la restauration et mis à disposition par des associations intermédiaires (AI) ou par des entreprises de travail temporaire d’insertion (ETTI).

Le secteur de l’insertion par l’activité économique accompagne chaque année près de 6000 personnes sur les métiers de la restauration, mobilisables par les employeurs. Parmi les principaux acteurs, visés par figurent : le réseau de restaurants d’insertion « la Table de Cana », présent dans 10 villes et en relation avec plusieurs dizaines de restaurants ;   Ares 88, association intermédiaire basée dans les Vosges mettant à disposition du personnel auprès de restaurants de la station touristique de Gerardmer (88) ;   Le Grafie (groupement francilien de structures d’insertion) ayant organisé une collaboration avec Hippopotamus  et Resto-passerelle, groupement d’une vingtaine de structures d’insertion réparties entre paris, la Seine Saint-Denis et le Val de Marne (soit 350 salariés en insertion)

 

« Plusieurs centaines de personnes pourraient ainsi être mobilisées sur les métiers de la restauration pour la période estivale. Dès aujourd’hui les AI et ETTI sont ainsi invitées à solliciter les restaurants afin de construire de nouvelles collaborations efficaces et utiles pour répondre aux besoins actuels », explique-t-on au cabinet d’Alain Griset, ministre délégué chargé des PME pilote du projet en tandem avec Brigitte Klinkert, ministre déléguée chargée de l’Insertion (photo).

 

Les restaurateurs peuvent également contacter les AI et ETTI les plus proches, ainsi que les entreprises et chantiers d’insertion, pour faire part de leur besoin de recrutement via la plateforme https://lemarche.inclusion.beta.gouv.fr/fr/. « À terme, cette initiative doit permettre d’évoluer vers une relation durable entre ces structures et les employeurs de la restauration, grâce notamment à des moyens d’aide à la professionnalisation déployés à travers le Plan d’investissement dans les compétences « insertion par l’activité économique ».