Ferroviaire : mission à risque pour Jean-Cyril Spinetta

Ce 16 octobre, Matignon a confié à l’ancien patron du groupe Air France KLM, une mission sur le modèle du transport ferroviaire. Il devra travailler en concertation avec toutes les parties prenantes, notamment les syndicats de cheminots.

 

La feuille de route, définie par la ministre de tutelle, Élisabeth Borne, est ambitieuse :  doter la France « d’une stratégie globale pour le secteur afin de lui donner toute sa place dans la nouvelle politique de mobilité ». La mission planchera sur trois principaux chantiers : la définition d’une stratégie de desserte par le transport ferroviaire à l’horizon 2030 ; la remise à plat du modèle économique et financier du système ferroviaire ; la préparation d’une mise en œuvre réussie de l’ouverture à la concurrence.

 

 Il s’agit, souligne le ministère des Transports, de refonder le modèle du transport ferroviaire dans le cadre d’un marché ouvert à la concurrence, en préservant les missions d’un service public performant. La mission, dont les conclusions et propositions sont attendues au plus tard en janvier prochain, travaillera en concertation avec les parties prenantes du secteur ferroviaire, notamment : les représentants des voyageurs et des entreprises, les autorités organisatrices de transport, les organisations  patronales du secteur, les opérateurs, l’Arafer, les parlementaires.et  les organisations syndicales. Ces dernières sont déjà sur le qui-vive. 

 

Le gouvernement déposera au Parlement un projet de loi d’orientation des mobilités au Ier semestre 2018.