Mixité des conseils d’administration : la France championne d’Europe (étude Korn Ferry)

Selon la cuvée 2019 de l’étude annuelle que le cabinet Korn Ferry consacre aux pratiques de rémunération, aux structures et à la diversité des directeurs non exécutifs des principales entreprises européennes, la France est le pays européen ayant la plus forte représentation de femmes non exécutives au sein des conseils d’administration et le seul pays où l’écart salarial est à leur avantage.

 Selon le dernier rapport du cabinet Korn Ferry sur les administrateurs non exécutifs, les disparités salariales entre les membres féminins et masculins des conseils d’administration tendent à se réduire. La France est le pays affichant la plus forte proportion de femmes dans ces cénacles. Mieux, les écarts de salaire sont plus favorables aux administratrices non exécutives.

 

En Europe, la proportion d’administratrices non exécutives, en hausse depuis plusieurs années, 34 % en 2019, contre 32 % l’année précédente et 30 % en 2017. En France, grâce à la loi Copé-Zimmermann qui impose de respecter un quota minimum de 40 % de membres féminins, la mixité est la plus prononcée (45 %), devant la Suède et l’Italie. La féminisation des comités d’audit et de rémunération est également forte, avec une moyenne de 48 % et 46 %, respectivement.

 

La France s’illustre également sur la question de l’écart salarial. Partout ailleurs en Europe, les directeurs non exécutifs perçoivent 5 % (médiane) de plus que leurs homologues féminins. En France, situation unique sur le continent, cet écart est à l’avantage des femmes qui empochent en honoraires 6 % de plus que les hommes.

 

Néanmoins, seuls 8 % des présidents de conseils d’administration non exécutifs sont des femmes, en Europe. La proportion est plus élevée parmi les vice-présidents et les d’administrateurs indépendants de haut niveau (20 %). « On observe en Europe des approches différentes pour renforcer la présence des femmes dans les conseils d’administration. En France, la législation a poussé les entreprises à entreprendre des efforts plus rapidement et a permis de progresser en matière de diversité des genres pour atteindre aujourd’hui le taux de 45 % de présence féminine au sein des conseils d’administration », explique Marc Bartel, responsable de la pratique board chez Korn Ferry en France (Photo). « La situation continue d’ailleurs de s’améliorer notamment sur la question de la rémunération. Alors qu’en 2018 l’écart de salaire était supérieur à 10 % en faveur des hommes, on constate que la situation s’est complètement renversée aujourd’hui. »

 

La diversité par nationalité n’est pas aussi variée que l’on pourrait le croire. En moyenne, 71 % des dirigeants sont de nationalité française, 17 % sont. La France se classe ainsi dans le top 3 des pays européens où la diversité des nationalités est la plus faible, derrière l’Espagne et l’Allemagne. Sur un autre plan, la politique de rémunération et d’honoraires des administrateurs non exécutifs varie considérablement en Europe. Selon le rapport Korn Ferry, la moyenne des honoraires de base versés aux administrateurs dans toute l’Europe est de 70 000 euros, avec des variations significatives. En France, on constate une augmentation significative des honoraires des présidents de conseil d’administration qui s’élèvent désormais à 411 400 € en médiane (contre 350 000 € l’an dernier). Les honoraires perçus par les autres administrateurs ont également augmenté l’année dernière, avec une moyenne médiane qui s’élève maintenant à 85 800 € (contre 75 800 € l’an dernier).

 

Chaque année, Korn Ferry mène une étude sur les pratiques de rémunération, les structures et la diversité des directeurs non exécutifs des principales entreprises européennes. Le rapport examine 393 sociétés cotées en bourse dans 13 pays européens et présente un tableau détaillé des tendances sur le continent. Une liste complète des sociétés est fournie à la fin du rapport.