Modernisation du dialogue social : la CGPME propose de se concentrer sur les entreprises de plus de 50 salariés

En présentant ce 19 janvier ses vœux aux acteurs de l’entreprise et de l’emploi, le Président de la république, François Hollande, les a exhortés à se montrer à la hauteur de l’enjeu. La négociation doit reprendre jeudi, après avoir été interrompue tôt dans la matinée du 17 janvier, à l’issue d’une nuit de tractations.

Dans ce contexte, la CGPME, restée en retrait ces derniers jours, revient dans le jeu, en proposant une relance du débat sur de nouvelles bases. Elle suggère de reprendre les discussions l’axant sur les entreprises de plus de 50 salariés et en prenant davantage en compte, pour chaque mesure proposée, les conséquences directes ou indirectes sur l’emploi. « Les négociations se sont écartées progressivement de l’objectif initial d’allègement des seuils sociaux, véritables freins à l’emploi, pour s’orienter vers de nouvelles obligations visant les entreprises de moins de 11 salariés », analyse l’organisation patronale, avant d’asséner : « échanger un allègement des contraintes pesant sur les entreprises de plus de 50 salariés contre de nouvelles obligations pour les moins de 11 salariés est un marché de dupes ».