Modernisation du dialogue social : moins de ressources pour les œuvres sociales, estime la CGT

« Toujours moins d’élus au service des salariés, avec moins de délégations dans la grande majorité des entreprises ». C’est l’analyse que la CGT fait de la nouvelle mouture du projet relatif à la modernisation du dialogue social, dévoilée par le Medef.

« Le patronat supprime l’enquête en cas de danger grave et imminent pour les salariés et introduit la possibilité, par accord d’entreprise, de s’exonérer de la commission CHSCT dans les entreprises de plus de 300 salariés. La fusion DP, CE, CHSCT est maintenue et la disparition de 67 % des CHSCT des entreprises est toujours à l’ordre du jour », énumère la confédération de Montreuil.

 

Elle fait aussi une lecture économique du texte : «aujourd’hui 0,2% de la masse salariale est affecté au fonctionnement du seul comité d’entreprise. Demain, si ce texte passe, la même somme financera le fonctionnement de 3 instances ». Mardi, le président du Medef, Pierre Gattaz, a martelé que la réforme ne doit pas entraîner de coût supplémentaire pour les entreprises. Conclusion de la CGT:  le budget des activités sociales et culturelles baissera.