Note de frais : petite fraude, lourdes conséquences

Selon une enquête de SAP Concur publiée ce 21 décembre, la fraude aux notes de frais pourrait coûter aux  PME européennes jusqu’à 13 709 € par an.

Le rapport intitulé « Le coût caché de la fraude aux notes de frais et de la non-conformité » fait la liste des comportements à l’origine de ces pertes. La majorité des demandes de remboursement incorrectes ne sont pas intentionnelles, mais la resquille délibérée est courante. Cela va de la falsification des reçus à la recherche d’un « petit extra » en guise de compensation pour un long week-end de voyage d’affaires. Ainsi, l’étude révèle que la moitié des employés français (50 % des répondants) pensent qu’il est acceptable de soumettre sciemment une fausse note de frais d’un montant moyen de 115 €.

 

Selon l’enquête, 27 % des employés ont arrondi leurs frais kilométriques et 18 % envisagent de le faire. En outre, 32 % ont comptabilisé des dépenses privées de restauration et 18 % envisagent de le faire.

 

Près de la moitié (50 %) des employés pensent qu’il est parfaitement acceptable de faire des dépenses excessives ou de ne pas respecter la politique de l’entreprise en matière de dépenses annuelles. Si toutes ces personnes mettent ces intentions en pratique une entreprise de 250 personnes pourrait potentiellement subir une perte annuelle de 13 709 € par salarié. A la perte sèche s’ajoute le temps passé par les équipes chargées des voyages et des finances vérifier et enquêter sur les notes de frais.

 

Pierre-Emmanuel Tetaz, EMEA SVP & General Manager chez  SAP Concur, explique : “La fraude en matière de frais professionnels est si courante, et souvent à sipetite échelle, que certains employés ne la considèrent même pas comme un problème. Pour certains employés – des juniors aux dirigeants – il n’y a pas de problème à présenter des notes de frais incorrectes, et ils se considèrent souvent comme totalement justifiés de le faire ».