Nouvelle amélioration du marché de l’emploi en décembre, FO souligne la précarité

Fin décembre 2017, en France métropolitaine, parmi les personnes inscrites à Pôle emploi et tenues de rechercher un emploi (catégories A, B, C), 5 612 300 personne sont sans emploi, 2 160 900 exercent une activité réduite (catégories B et C). Les 3 451 400 autres  étant sans activité rémunérée.

 

Le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A, sans aucune activité, baisse de  0,1 % sur un mois, soit 2 700 en moins. Ce nombre recule de de 0,7 % sur trois mois, soit 24 200 inscrits en moins. Le nombre de personnes exerçant une activité réduite courte de 78 heures ou moins dans le mois, celles classées en catégorie B, diminue également :–1,1 % sur un mois de 1,2 % sur trois mois. Au-delà de 78 heures d’activité, ce qu’il est convenu d’appeler catégorie C, la tendance est inverse. Le nombre d’inscrits à Pôle emploi  s’accroît de+0,9 % sur un mois.

 

Par ailleurs, 665 700 personnes sont inscrites à Pôle emploi sans être tenues de rechercher un emploi. Elles sont soit non immédiatement disponibles et sans emploi (catégorie D ; par exemple formation, contrat de sécurisation professionnelle, maladie), soit pourvues d’un emploi (catégorie E ; par exemple créations d’entreprise, contrats aidés).

 

Symbole de la précarisation du contrat de travail, la part des fins de contrats à durée déterminée et de fin de mission d’intérim comme motif d’inscription à Pôle Emploi augmente respectivement de +2.2% de +13.7%.

 

Le chômage et les emplois précaires ont donc fortement augmenté en 2017 : Pour FORCE OUVRIERE c’est le signe qu’il faut une politique économique plus redistributive afin de permettre l’augmentation de la consommation des ménages, qui porte la croissance en France, et la création d’emplois de qualité et pérennes.