Observatoire CNP Assurances des TPE-PME : les dirigeants de petites entreprises sont en marche vers le digital

Si le déploiement du digital est perçu par la majorité des patrons de TPE comme un passage obligé et vécu pour un grand nombre d’entre eux comme une opportunité, beaucoup d’entre eux ont encore besoin d’être accompagnés dans cette démarche.

 

Une étude de l’Observatoire CNP Assurances des TPE-PME intitulée « Le digital, opportunité ou menace pour les TPE ? », détaille les freins qui restent encore à lever. Selon l’enquête réalisée avec CSA, 76 % des dirigeants de TPE considèrent le digital comme une opportunité plutôt qu’une menace pour leur entreprise.  Les avantages qu’ils perçoivent immédiats ont trait à la sauvegarde et la sécurisation de leurs données et au développement du business : capter une nouvelle clientèle, augmenter la visibilité de l’entreprise.

 

 Les TPE ont ainsi investi dans du matériel informatique qui leur permet de se connecter : 73 % détiennent au moins un smartphone et 41 % une tablette. 44 % sont présents via leur entreprise sur les réseaux sociaux principalement via Facebook, plus rarement sur LinkedIn et en plus faible proportion sur Instagram et Pinterest. Ils utilisent les réseaux sociaux avant tout pour présenter leur entreprise, notamment ses produits et services et pour communiquer sur leur activité. Si 61 % possèdent un site internet dédié à l’entreprise, très peu de TPE ont mis en place un site marchand.

 

 Cependant, une majorité de dirigeants de TPE déclare se sentir insuffisamment armée sur le plan du digital et sept sur dix admettent que son déploiement est freiné par le manque de temps. C’est une des raisons pour lesquelles 52 % font appel à un prestataire externe pour les accompagner.

 

 Enfin, les patrons de TPE ont besoin d’être rassurés quant au risque de vol ou de perte de leurs données qu’ils identifient comme la principale menace que peut engendrer le digital. Le risque de mauvaise e-réputation est également clairement identifié par 53 % des patrons de TPE, même si seulement la moitié déclare regarder sur Internet ce qui est dit sur leur entreprise.