Optimisme : les employeurs anticipent la reprise, dit une étude Randstad

Selon Randstad SmartData, les employeurs commencent à anticiper la reprise. Les techniciens de maintenance, les agents immobiliers et les infirmiers sont les métiers qui ont le mieux résisté à la crise. À l’inverse, les instituts d’enquêtes d’opinion, les professeurs et les serveurs ont le plus souffert.

Le groupe Randstad mesure l’impact de la crise sur le marché de l’emploi, en s’appuyant sur SmartData, sa solution de Big Data qui scrute plus de 11 000 sites de recrutement. Résultat : En trois semaines (entre le 28 février et le 20 mars), le nombre d’offres d’emploi a été divisé par deux (-53 %). Sur la seule semaine du 16 mars, durant laquelle le confinement a été décrété, elles ont fondu de 45 %, tombant à 74 642 annonces publiées au lieu de 135 898.

 

Néanmoins, observe Randstad, un léger frémissement se fait sentir depuis le 20 avril. Au cours de cette semaine, les offres d’emploi sont remontées de 22 % pour atteindre 89 229 annonces publiées. L’étude indique que certains ont mieux résisté que d’autres. Pour les techniciens de maintenance, la demande est en recul de 29 % sur un an, mais ces spécialistes restent très recherchés. Ils sont suivis par les agents immobiliers pour lesquels la demande s’est accrue de 57 % en un an, malgré un repli de 20 % du nombre d’offres entre février et avril 2020, sous l’effet de la crise. Sanitaire. Logiquement, les infirmiers montent sur la troisième marche du podium : entre avril 2019 et avril 2020, les demandes de recrutement sur cette fonction sont en hausse de 9 % sur un an.