Orange se penche à nouveau sur les risques psychosociaux

 Ce jeudi 19 mars, la direction d’Orange convoque un CHSCT national extraordinaire qui a pour objectif de faire un point approfondi sur les risques psychosociaux.

 

Il s’agit, notamment, d’analyser les circonstances et les conséquences des suicides qui ont endeuillé le groupe ces derniers mois. 21 collaborateurs ont mis fin à leurs jours en

2014 et six autres sont passés à l’acte en janvier dernier. Sans compter, précise la CGT, « les multiples situations de souffrance individuelle qui, fort heureusement, ne se sont pas traduites ainsi ».

 

Le CHSCT national a voté en 2014, le principe d’une expertise, alors que le baromètre social réalisé chaque semestre auprès de 4.000 salariés à l’initiative de la direction indiquait une nette amélioration du climat interne. La direction a donc commandé un audit sur le respect des accords conclus dans le cadre du Nouveau contrat, dans la mesure où plusieurs organisations syndicales disent constater des manquements.

 

Pour la CGT, la souffrance au travail sera accentuée par le plan stratégique Essentiels 2020 qui pourrait provoquer, selon elle, près de 20 000 suppressions d’emplois d’ici 2020. De son côté, le DGA ressources humaines, Bruno Mettling, estime que le projet est ambitieux sur le plan humain. Le groupe prévoit 1 900 recrutements par an en 2015 et 2016, essentiellement des remplacements partiels de départs en retraite.