Orange signe un accord mondial dans le domaine de la santé et de la sécurité

Un accord dans le domaine de la santé et de la sécurité a été signé chez Orange, le 21 novembre 2014, par Bruno Mettling, Directeur Général Adjoint, en charge des Ressources Humaines du Groupe, Philip Jennings, Secrétaire Général de l’UNI Global Union, William Coker, Président de l’Alliance Syndicale Mondiale UNI-Orange (qui regroupe l’ensemble des organisations syndicales adhérentes à UNI Global présentes au sein de l’entreprise) et par des représentants des organisations syndicales françaises affiliées à l’UNI.

Cet texte, premier du genre dans le secteur de la communication, couvre les quelque 160 000 salariés d’Orange dans le monde, travaillant dans une trentaine de pays. Il s’inscrit dans le prolongement de l’accord sur les droits fondamentaux signé en 2006 entre le Groupe et l’UNI. Depuis cette date, Orange s’est fortement internationalisé notamment en Afrique-, région du monde où le Groupe opère dans une vingtaine de.
Par cet accord, Orange réaffirme sa volonté de faire de la santé et de la sécurité un axe fort de sa politique de Ressources Humaines. « L’ambition du groupe est d’intégrer la santé et la sécurité dans toutes ses activités dans l’objectif d’être l’employeur de référence dans son secteur » promet Orange.
Les principaux leviers seront : primo, une démarche participative de tous les acteurs incluant un dialogue social innovant avec la mise en place de comités santé sécurité ou équivalent impliquant les organisations syndicales et/ou les représentants du personnel des différents pays.

Secundo, la définition d’un socle commun en matière de santé et de sécurité au travail avec une réflexion spécifique en matière de couverture frais de santé sur la région africaine où le groupe est opérateur.

Tertio, la mise en œuvre d’un système de management de la santé sécurité au travail dans toutes les entreprises du groupe dans une approche d’amélioration continue.

Quarto, l’engagement de participer à des campagnes de santé publique, des programmes de protection de la santé et de lutte contre les pandémies dont en particulier le VIH/Sida
Enfin, le niveau de prévention et de protection des prestataires et sous-traitants devra être conforme aux exigences du groupe