Pacte de responsabilité: la restauration rapide s’engage

Les partenaires sociaux de la restauration rapide, secteur qui couvre 146 000 salariés, ont conclu le 20 janvier un accord relatif au Pacte de responsabilité. Il prévoit 50 000 recrutements dès cette année.

 

Secteur à forte intensité de main d’œuvre, mais aussi paradis du temps partiel et du turn-over, la restauration rapide embauchera 50 000 personnes en 2015. Ce qui représentera en réalité et 3 500 créations nettes d’emplois.

 

Un volet du texte prévoit le renforcement des parcours d’intégration, de la qualité de la formation des jeunes. Concernant les seniors, un objectif de 10 % de quinquas a été fixé, à l’horizon 2017.

 

11 branches ont conclu des accords dans le cadre de ce dispositif lancé fin décembre 2013 par le président de la République, François Hollande. Avant la restauration rapide, la métallurgie, les industries chimiques, les industries de carrières et matériaux, les industries textiles, les transports urbains de voyageurs, les services de l’automobile, les entreprises de propreté, les assurances, les architectes, et les bureaux d’études se sont dotés de textes du même genre.

 

Le pacte de responsabilité doit permettre de gagner 0,5 % de croissance et de créer 200 000 emplois à l’horizon 2017. Ce pacte consiste en 41 milliards d’euros d’aides (réduction des impôts et cotisations sociales, mesures de simplification administrative), accordés aux entreprises en vue de les inciter à embaucher et investir.

 

« Désormais plus de 4 millions de salariés sont soit par des accords signés, soit par des accords ouverts à signature. Ils représentent plus de la moitié de l’emploi dans les 50 principales branches », se félicite le ministre du Travail, François Rebsamen.