Parcours professionnels : les jeunes ne sont pas accros au zapping

La nouvelle enquête dans le cadre de l’Observatoire Enedis réalisée par Harris Interactive suit le regard des Français âgés de 18 à 34 ans sur le marché du travail. Un échantillon représentatif a été invité à  se prononcer sur ses perspectives professionnelles et sa recherche d’emploi.

Les jeunes ne sont pas aussi zappeurs qu’on le croit. Quand on leur demande s’ils préféreraient, au cours de leur vie professionnelle, travailler pour un même employeur dans une seule entreprise, ou œuvrer dans plusieurs entreprises et employeurs, leurs avis sont partagés. Une courte majorité (56%) préfère la stabilité au changement. Les plus diplômés se montrant plus favorables au changement.

 

 Lorsqu’ils sont invités par ailleurs à se projeter, en estimant le nombre de fois où ils pourront changer d’employeur dans leur vie, la réponse moyenne est quatre fois. Dans le détail,  11% de pensent changer d’employeur une seule fois au cours de leur vie professionnelle, 44% entre deux et quatre fois, 28% entre cinq et dix fois. Enfin, 4% d’accros à la rotation répondent « plus de dix fois ».  Par ailleurs, 13% des jeunes pensent ne jamais changer d’employeur au cours de leur vie professionnelle.

 

Concernant le choix de l’employeur, deux jeunes sur trois (65%) trouvent qu’une entreprise ayant une bonne ambiance de travail les inciterait « beaucoup » à y travailler. Cet élément est cité aussi fréquemment que le niveau de la rémunération (64%), de bonnes conditions de travail (63%) et l’intérêt du travail proposé (63%). Plus précisément, parmi les jeunes de 25 à 34 ans, ayant donc pour la plupart déjà connu le monde du travail, le critère principal est  l’équilibre proposé entre vie professionnelle et vie personnelle. Les cadets de 18 à 24 ans mettent davantage l’accent sur l’ambiance au travail, l’intérêt du job, les perspectives d’évolution.

 

  Interrogés sur les domaines dans lesquels ils se verraient bien travailler, les jeunes se montrent plus intéressés par l’environnement (64%), le numérique et les nouvelles technologies (62%), au même titre que le commerce (62%). Près d’un jeune sur deux indique qu’il se verrait bien travailler dans le domaine de l’énergie (49%), et plus encore parmi les jeunes hommes (60%), les 25-34 ans (52%) et les moins diplômés (55%).

 

Enquête réalisée en ligne du 15 au 17 janvier 2019. Échantillon de 1 001 personnes représentatif des Français âgés de 18 ans à 34 ans. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e)