Pas de miracle pour l’interim : l’activité reste orientée à la baisse

En novembre, la dégradation se poursuit, avec une baisse de -2,7 %, constate le Baromètre Prism’emploi, établi par un tiers de confiance indépendant, Umanis, à partir des statistiques transmises par un panel d’entreprises de travail temporaire représentant plus de 80 % de l’emploi intérimaire.

 

Les moteurs de croissance sont quasiment au point mort. Pire, le travail temporaire stagne désormais dans les secteurs qui étaient porteurs jusqu’à la fin du 2ème trimestre.

 

Hors BTP, la croissance était de 3 % au 2ème trimestre, elle s’établit désormais à 0,6 %.

Cette forte chute dans le BTP (-20,2 %) est comparable à celle d’octobre et correspond à une baisse d’effectifs de 14,7 % depuis le début de l’année, souligne Prism’ emploi.

 

L’activité s’essouffle aussi qu’elle dans le commerce (+0,3 % en novembre après +1,8 % en octobre) et dans l’industrie (+0,2 % en novembre après +0,1 % en octobre).

 

En revanche, les services se maintiennent, tout comme les transports. Ils enregistrent une très légère hausse.

 

L’intérim préfigure généralement les tendances du recrutement.