Pauvreté : bien que salariés, ils survivent grâce aux minima sociaux

La Drees et l’Insee prennent une photographie des bénéficiaires de minima sociaux ont un emploi salarié. Ils représentent une minorité parmi les allocataires et sans surprise, exercent des jobs de faible qualité et insuffisamment rémunérés.

Ils perçoivent le RSA « socle », l’allocation aux adultes handicapés (AAH) ou encore l’allocation de solidarité spécifique (ASS). Pourtant, ils travaillent. Ces working poors représentent 14 % de l’ensemble des bénéficiaires de minima sociaux. Leurs employeurs sont, généralement, les établissements et service d’aide par le travail (Esat) pour les personnes touchées par un handicap, et couramment des associations ou structures de service à la personne, pour les autres catégories. Quoi qu’il en soit, leur salaire horaire médian reste inférieur à celui de l’ensemble des salariés (8 € contre 11 € net par heure).