Portage salarial : une fédération fait entendre sa voix dissonante

La Fédération des entreprises de portage salarial (FEPS), un des trois syndicats représentatifs du secteur, présidé par Guillaume Cairou, patron de Didaxis (photo), est en désaccord avec le texte donnant naissance à la convention collective du secteur.  La FEPS considère que ce document « ne porte pas l’audace et l’ambition nécessaire à un secteur d’activité en pleine croissance » et se dit prête à exercer son droit d’opposition, alors que la convention a été signée à l’unanimité des organisations syndicales de salariés.

 

Son principal grief : le portage salarial tel que défini resterait limité à une catégorie de salariés et d’acteurs, et non « au plus grand nombre de Français et à l’ensemble des acteurs de l’emploi ».

 

La FEPS revendique 110 entreprises du secteur et dir représenter près de 30 000 salariés.