Pour la CGT, le projet de loi relatif à l’état d’urgence sanitaire « saccage les droits des salariés »

La Fédération CGT des services publics est catégorique. L’état d’urgence est « incorrectement qualifié de sanitaire. Il consiste pour l’essentiel à déréglementer le droit du travail, à restreindre les libertés publiques et à procéder à des réquisitions de salariés du secteur privé et public ».

 

La CGT ne conteste pas la nécessité d’assurer la continuité des services publics et des activités essentielles à la population. Mais elle croit déceler derrière l’urgence, des « mesures régressives », nuisibles au « droit social et aux libertés publiques fondamentales ».