Pour la première fois, une enquête fait le lien entre dialogue social et performance économique

La CFE-CGC a confié à OpinionWay la réalisation d’une étude faisant le lien entre la performance sociale et le score économique des entreprises. Les résultats sont édifiants. Les sociétés les plus performantes d’un point de vue économique sont également, le plus souvent , celles qui se distinguent au niveau social.

 

Premier constat de ce sondage unique en son genre : de manière générale, les cadres travaillant dans une entreprise dite performante économiquement attribuent une note de 7,1 sur 10 à leur qualité de vie ; à l’inverse, ceux qui travaillent dans des entreprises peu performantes attribuent une note de 5,9/10. Dans le détail, les premiers estiment dans leur majorité être reconnus dans leur travail (60 %), avoir des perspectives d’évolutions même si elles restent souvent modérées (71 %) et avoir une charge de travail satisfaisante (79 %).

 

Deuxième enseignement du sondage : les structures les plus compétitives sont celles présentant une politique salariale plus favorable aux collaborateurs. D’ailleurs, les personnes interviewées sont plus attentives et sensibles à la politique salariale qu’à la QVT. Ils attribuent en moyenne une note plus sévère (5,2/10) pour cet item. Mais une fois encore, les sociétés compétitives sont celles qui ont les politiques les plus tournées vers les salariés.

 

Troisième conclusion : Les cadres d’entreprises compétitives estiment dans leur majorité être bien informés sur la stratégie de leur entreprise. Les avis des délégués du personnel et du comité d’entreprise sont suffisamment pris en compte par la direction. D’un point de vue plus factuel, 42 % de cadres travaillant dans une entreprise compétitive témoignent de conflits significatifs au sein de leur entreprise au cours de ces trois dernières années contre 62 % dans les autres.

Au-delà de la fréquence des conflits -et c’est sans doute là un des points les plus significatifs, c’est la perception de l’attitude de la direction dans ces situations qui diffère le plus. Les cadres des entreprises les plus performantes estiment dans leur majorité qu’en cas de conflit, leur direction reste dans une logique de dialogue et de conciliation.