Pour les entreprises du secteur, la formation professionnelle des jeunes doit être au cœur de la campagne présidentielle

La Fédération de la formation professionnelle  (FFP) dit partager le diagnostic  de la Cour des comptes  sur l’insertion des jeunes.  Lequel  déplore la dispersion des moyens et leur efficacité insuffisante en dépit des moyens alloués. Les organismes de formation  avancent leurs  propres préconisations pour  faciliter leur insertion, en considérant  l‘alternance comme l’arme absolue.

La FFP propose notamment de basculer les financements des emplois aidés vers le financement d’un compte personnel de formation  spécifique aux jeunes, alias CPF Jeunes.  Selon l’organisation, cela permettrait  à  toute personne de  15 à 30 ans de financer la formation en alternance de son choix. Le compte serait clos dès que l’intéressé aura atteint ses 30 ans ou aura obtenu un premier emploi en CDI.

 

« Cette proposition s’inscrit dans un ensemble de mesures fortes et systémiques que nous soumettons au débat public à travers notre livre blanc  Libérer la formation. C’est une urgence nationale pour l’emploi, pour la compétitivité et la croissance. Elle doit être au cœur de l’élection présidentielle de 2017» insiste e Jean Wemaëre, président de la FFP.