Pour les investisseurs américains présents dans l’Hexagone, la France, terre d’innovation, doit encore se réformer

La France est une terre d’innovation et de transformation digitale pour 81 % des investisseurs américains, dont le poids n’est pas anodin. Les entreprises américaines emploient plus de 440 000 salariés en France et génèrent 2 millions d’emplois indirects. Parmi ces acteurs, deux sur trois considèrent l’environnement culturel et la qualité de vie comme les atouts principaux de la France face à ses homologues européens.

Pourtant, ils ne sont qu’une petite minorité à se déclarer prêts à recommander la France à leurs pairs.  Le french bashing reste vivace. Ce sont quelques-uns des principaux enseignements de la dernière enquête de la chambre de commerce américaine en France, alias AmCham menée en lien avec Bain & Company. Comme chaque année depuis 1995, les deux partenaires mesurent l’évolution du moral des investisseurs américains en France. « Cette prise de température annuelle nous permet d’évaluer l’appétence des entreprises à s’installer et se développer en France, d’analyser les forces du pays pour attirer et retenir les talents, mais aussi de recueillir l’opinion des investisseurs américains sur les grands sujets qui font l’actualité économique », expliquent en chœur Robert Vassoyan, président de l’AmCham France, patron de Cisco France, et Marc-André Kamel, vice-président de la chambre, associé chez Bain & Company.

 

L’édition 2016 de cette enquête souligne quatre points. Primo, les investisseurs américains sont plus optimistes sur l’évolution du contexte économique en France La Baromètre apporte cette année un éclairage singulier : 49 % des dirigeants interrogés estiment que l’évolution du contexte économique sera positive. C’est 12 points de plus qu’en 2015. Secundo, il est urgent d’accélérer les réformes de structure pour tirer parti de la fragile reprise. En attendant, l’attrait de l’Hexagone en tant que destination d’investissement reste très faible, atteignant un score négatif de -51 % en 2016 (il était de -62 % en 2015).

 

Surtout, la perception des irritants traditionnels (rigidité du marché du travail et fiscalité) continue de se dégrader d’année en année. Tertio, la France est reconnue par plus de 81 % des dirigeants interrogés comme une destination attractive pour la transformation numérique des entreprises. Pour ces entreprises, la France devient un multiplicateur de valeur. Quarto, les événements extérieurs ne bousculent pas fondamentalement la réalité des investissements. Il ressort du Baromètre que les événements qui ont marqué l’année 2016 tels que les attentats terroristes et le Brexit ne sont pas de nature à infléchir les stratégies d’investissements des entreprises américaines en France. Celles-ci ne semblent pas davantage impactées par les transitions politiques : plus de la moitié des répondants estiment que l’élection de Donald Trump et la période préélectorale en France sont neutres, à ce stade, pour leurs décisions d’investissement.