Prélèvement à la source : le Medef freine des quatre fers

Le prélèvement de l’impôt sur le revenu à la source doit faire l’objet d’une communication en conseil des ministres le 27 juillet. Le Medef affirme que le projet est mal préparé et sa mise en œuvre précipitée.

 Le Medef dit ne pas être opposé à cette réforme, mais répète qu’elle a été annoncée « sans concertation préalable ni étude d’impact ». Pour le mouvement patronal, l’État se défausse de sa responsabilité sur les entreprises en les laissant en assurer le coût et les difficultés de mise en œuvre. L’opération comporterait de nombreuses « difficultés de déploiement, notamment dans les TPE et PME ». L’organisation cite également parmi les embûches potentielles, la gestion de l’année de transition et la prise en charge des situations particulières.

 

Bref, tout cela engendrerait de nouvelles charges de gestion et des coûts pour les entreprises – ne serait-ce que pour modifier les logiciels de paie et tous les paramétrages informatiques des nombreux cas atypiques. Pour couronner le tout, le délai de mise en place (1er janvier 2018) paraît  « déraisonnable » .