Prévention des accidents du travail : les jeunes, une cible privilégiée

L’étude épidémiologique menée sur cinq ans dans sept régions par INRS est catégorique : les jeunes qui ont été formés en santé et sécurité au travail pendant leur scolarité ont deux fois moins d’accidents du travail que les autres. Elle montre la pertinence d’intégrer un enseignement en santé au travail dans les formations initiales. L’enjeu est important, les jeunes de moins de 25 ans représentent une population à risque. La fréquence annuelle des accidents du travail est 2,5 fois plus importante dans cette tranche d’âge chez les autres salariés, tous secteurs d’activités confondus. « C’est lors de la période de transition de l’école vers la vie active que cette population est la plus vulnérable, car elle est à la fois jeune et nouvelle dans l’emploi », insistent l’INRS et l’Assurance maladie qui œuvrent conjointement dans ce domaine.

 

Notamment, la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam), les caisses régionales et l’INRS animent des partenariats nationaux et régionaux pour développer des compétences en santé et sécurité au travail dans les différents cursus de la formation initiale. Les publics cibles sont en grande partie les élèves des lycées professionnels et technologiques et les apprentis des centres de formation d’apprentis (CFA). Cela concerne également les étudiants des écoles d’ingénieurs, de management et ceux préparant un diplôme à visée professionnelle en université.

 

Dans ce cadre, l’Assurance Maladie – Risques professionnels a noué un partenariat avec le ministère de l’Éducation nationale. Il passe par l’introduction de compétences en santé et sécurité au travail lors de la création ou de la rénovation des diplômes de l’enseignement professionnel, grâce à l’action de la branche et du ministère coordonnée par le Conseil national pour l’enseignement de la santé et sécurité au travail (CNES & ST). Au niveau local la coopération se traduit par la formation des enseignants à la prévention des risques professionnels pour leur permettre de maîtriser les concepts de prévention.

 

Vis-à-vis des entreprises, l’Assurance maladie a mis en place un dispositif favorisant la maîtrise des risques professionnels, baptisé Synergie. Il est mis en œuvre dans les établissements de formation sous la forme d’un support pédagogique qui permet à l’enseignant d’aborder la prévention par le biais du risque ou de l’activité réalisée (Synergie Pédagogie). Il s’applique aussi dans les entreprises accueillant les jeunes en stage ou en apprentissage, sous la forme de planches illustrées comprenant des dangers liés à des situations de travail, et permettant de proposer des mesures de prévention en réponse (Synergie Accueil).

 

Last but not least, la promotion des principes de prévention est intégrée aux objectifs pédagogiques des établissements d’enseignement supérieur formant des ingénieurs et managers. Ces futurs dirigeants sont censés avoir acquis des bases essentielles en santé et sécurité au travail, via le référentiel BES& ST. Lequel comporte trois compétences clés.  Primo, le repérage des enjeux humains, sociaux, économiques et juridiques de la santé et sécurité au travail. Secundo, l’intégration de la prévention des risques professionnels dans la gestion de ses activités et la conduite de ses projets. Tertio, la contribution au management de la santé et sécurité au travail dans l’entreprise.