Printemps : le ton monte entre la CGT et la direction du grand magasin

A en croire les représentants de la CGT au sein de l’entreprise, la direction qui vient de mettre la grande majorité des salariés au chômage partiel, insiste lourdement pour qu’ils consomment des jours de RTT et de congé payé en cette période de confinement. « Le Printemps se sert des coordonnés personnelles des salariés pour les appeler et faire pression alors que ceux-ci sont en chômage partiel et donc plus sous l’autorité de l’employeur », fait savoir le syndicat.

La CGT regrette en outre que le grand magasin, propriété d’investisseurs qataris, se contente de l’indemnisation légale de l’activité partielle, soit 84 % de la rémunération. Ce qui revient à faire supporter l’intégralité du coût induit par l’État. « Le Printemps et son actionnaire unique aux moyens financiers puissants devraient participer à la gestion de cette pandémie, en prenant en charge l’ensemble des salaires».

Dans ces conditions, le syndicat n’est pas prêt à signer le projet d’accord relatif à la prise de congé exceptionnel, en cours de négociation. Première organisation de l’entreprise, créditée d’une audience de 58,14 %, elle est, sur ce plan, en position de force.