Prix du roman d’entreprise : Olivier Chantraine couronné

Le Prix du roman d’entreprise et du travail,  décerné depuis 2009 par Place de la médiation associée à Technologia,  revient cette année à Olivier Chantraine. Son premier roman, Un élément perturbateur, a été préféré à 11 autres de très bonne facture.

Un élément perturbateur, premier roman d’Olivier Chantraine, paru  en août 2017 chez Gallimard remporte le Prix du roman d’entreprise  et du travail, le neuvième de la série. Le jury de syndicalistes, dirigeants d’entreprises, consultants sociologues et journalistes a  préféré cette fable burlesque   à 11 autres fictions de qualité.

 

Ancien cadre d’entreprise,  l’auteur raconte avec talent les mésaventures de Serge Horowitz, quadra hypocondriaque, frère d’un  ministre des finances, gaffeur au point de faire rater à l’entreprise qui l’emploie une juteuse opération de au Japon. Critique de la financiarisation, vanité des cadres, cupidité des dirigeants, Un élément perturbateur n’épargne pas le monde de l’entreprise. Mais tout est traité avec humour et détachement. « Je n’ai pas cherché à être drôle » dit avec coquetterie Olivier Chantraine.

 

Dans la sélection du jury figuraient plusieurs titres de qualité, dont le poignant récit de l’Argentin Eduardo Berti  (qui écrivait pour la première fois en français) mettant en scène  avec sobriété la vie quotidienne dans un service de soins palliatifs. Autre style, autre environnement, mais toujours dans  l’univers du travail : Jusqu’à la bête de Timothée Demeillers,  roman noir  ayant pour cadre un abattoir, situé près d’Angers.

 

Les jurés qui ont chaque année le plus grand mal à départager les nominés, pourraient voir leur mission se corser, si Jean-Claude Delgènes, patron de Technologie et Marie Josée Gava, fondatrice de Place de la Médiation suivent les conseils soufflés par la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, hôte de la cérémonie de remise du prix, le 29 mars. Elle leur suggère d’élargir le champ à la science-fiction, voire à la BD.