Procédures rigides, réunionite et mauvais management, pires ennemis de la productivité

Les salariés français ne sont pas au top de leur productivité.  Ce n’est pas l’entrain qui leur manque, la faute incombe principalement à leurs employeurs qui les accablent de réunions, de processus aussi inutiles qu’inefficaces, d’un management erratique, de technologies inadaptées. Une étude d’ADP en fait le navrant constat.

Que celui qui n’a jamais râlé contre les processus rigides et handicapants lève le doigt. Les travailleurs français désignent comme premiers freins à leur productivité les problèmes d’organisation de l’entreprise, ainsi que le management approximatif, selon l’étude Workforce View in Europe 2018 réalisée par ADP  qui a interrogé 9 908 salariés européens.

 

En France, l’inefficacité des processus est citée dans 17 % des réponses, devant la réunionite aiguë (15 %) et le mauvais management (14 %). « Il est intéressant de constater que les perturbations engendrées par les réseaux sociaux n’ont été désignées que par 4 % des salariés, ce qui suggère qu’ils ne sont pas une entrave à la productivité, en dépit de ce qu’en pensent de nombreux managers »., souligne ADP.

 

L’enjeu n’est pas anodin, quand on apprend que 22 % des salariés français estime être « parfois » productif , tandis qu’un sur dix n’atteint que « rarement » ou « jamais » une productivité maximale.  Pour Carlos Fontelas De Carvalho, président d’ADP en France (photo),  « veiller sur la productivité est vital pour le succès organisationnel et économique des entreprises: c’est pourquoi la maximisation des résultats doit être la priorité absolue des employeurs. Même s’il peut être très difficile de mesurer et d’améliorer les niveaux de productivité dans son organisation, les résultats de l’étude donnent une bonne idée des facteurs les plus importants à surveiller en priorité ».

.

 

Le Top Ten des obstacles à la productivité sont :

 

  1. Systèmes et processus inefficaces 17 %
  2. Trop de réunions 15 %
  3. Mauvais management 14 %
  4. Manque de personnel en support 13 %
  5. Technologies lentes et inadaptées 13 %
  6. Trop de mails internes 12 %
  7. Distractions des collègues 11 %
  8. Trop d’appels téléphoniques professionnels 10 %
  9. Trop de stress 9 %
  10. Manque de flexibilité dans les lieux/heures de travail 8 %