Protection sociale: les professionnels de l’automobile et du BTP renoncent à s’allier

Le flirt entre la structure de protection sociale des garagistes, IRP Auto, et celle des professionnels du bâtiment et des travaux publics, ProBTP n’est pas concluant. Après avoir étudié cinq versions successives d’un projet d’alliance, les parties repartent dos à dos.

Ce mariage de raison était plein de promesses. D’un côté, IRP Auto, groupe de protection sociale historique des services de l’automobile qui propose des prestations de santé, prévoyance, épargne, retraite, action sociale et culturelle à 230 000 retraités, 400 000 salariés et plus de 130 000 entreprises. De l’autre, Pro BTP qui offre de son côté un ensemble de garanties et de services de protection sociale aux entreprises, artisans, apprentis, salariés et retraités de cette branche. Son portefeuille comprend 3,5 millions d’actifs, de retraités et 202 000 entreprises.

 

On apprend que le Conseil d’administration d’IRP Auto, tout en réaffirmant « l’intérêt qu’il porte à la constitution d’une alliance professionnelle », renonce à l’alliance. « Après avoir examiné attentivement la version 5.1 du traité de coopération entre GPS professionnels élaboré par le Groupe PRO BTP et présenté lors de la réunion du Comité ad hoc du 25 juin 2015, le Conseil d’administration du 15 septembre 2015 a décidé à l’unanimité de ne pas l’accepter », révèle-t-elle par communiqué. Motif : « Les modalités ne permettraient pas d’assurer l’autonomie à l’horizon 2019 ».