Qualité de vie au travail : ça va mieux chez Orange, mais des efforts restent à faire

Orange a présenté les résultats de la neuvième vague du sondage du baromètre social, réalisé en mai-juin auprès de 4 000 salariés, par l’institut de sondage CSA. Ce sondage semestriel a pour finalité d’évaluer la qualité sociale de l’entreprise dans la durée et de s’assurer de l’ancrage du contrat social, lancé en septembre 2010.Dans un contexte de forte transformation au sein de l’entreprise et un environnement économique encore difficile, les résultats de ce 9ème sondage montrent que l’image de l’entreprise perçue par les salariés est désormais stabilisée.

En effet, la note moyenne attribuée par les salariés pour évaluer comment ils se sentent au travail s’est stabilisée à 6,9 et reste inchangée depuis plus de 3 ans, une valeur supérieure à la moyenne des actifs en France (y compris professions libérales, PME etc.) qui était de 6,5 en septembre 2013.

De plus, comme en décembre 2013, 92% des salariés considèrent que la qualité de vie au travail chez Orange est identique ou meilleure que dans les autres entreprises.

Le pourcentage de salariés qui pensent qu’elle est plus mauvaise s’est stabilisé autour de 2 à 3% depuis près de 2 ans avec une diminution de plus de 13% par rapport à juin 2010. Les salariés la considérant comme « nettement plus mauvaise » ne peuvent plus être statistiquement identifiés.

A l’occasion des résultats de ce 9ème baromètre social, Bruno Mettling, Directeur général adjoint en charge des ressources humaines d’Orange, a indiqué : « Je me réjouis des bons résultats de ce 9ème baromètre social. Ils confirment la bonne perception par les salariés de la qualité de vie au travail chez Orange et ce malgré un contexte de nécessaire adaptation de l’entreprise et un environnement économique sous pression. »

Les cinq thématiques

  1. Qualité de vie au travail : progresse encore ce semestre . Les questions concernant la charge et le rythme de travail s’améliorent fortement tout comme l’équilibre vie professionnelle/vie privée. Les salariés semblent avoir également le sentiment d’une plus grande autonomie
  2. Management : progresse, mais la question des marges de manœuvre des managers reste un point de préoccupation
  3. Reconnaissance : baisse d’un point et cristallise toujours de fortes attentes. Les salariés se disent toutefois mieux reconnus pour leur contribution aux objectifs individuels et collectifs
  4. Stratégie et responsabilité sociale : régresse légèrement
  5. Parcours professionnels : s’améliore notablement. Les salariés ont le sentiment d’avoir davantage d’opportunités de développement et le développement des compétences, qui reste un point fort, continue de progresser