Qualité de vie au travail : Malakoff Médéric fait l’état des lieux

Malakoff Médéric publie les résultats de son étude 2016 sur la santé et la qualité de vie au travail. On y apprend que salariés et dirigeants s’accordent sur le fait que la qualité de vie contribue à la performance de l’entreprise. Une large majorité de dirigeants pensent même que ce sera un thème majeur à l’avenir.

Pour les dirigeants, la qualité de vie au travail reste à un niveau élevé : 95 % le jugent bon, voire très bon. Les salariés ont une perception plus modérée et notent une dégradation. Sur une échelle de 0 à 10, la plupart accordent une note comprise entre 8 et 10, en baisse de 3 points par rapport à 2015, tandis que et 30 % (38 % des ouvriers) accordent placent la barre entre 0 et 5.

 

Mais dirigeants et salariés s’accordent pour placer l’ambiance et les relations entre collègues en tête des déterminants de la qualité de vie au travail. Les salariés citant en second et troisième lieux la rémunération globale et la reconnaissance au travail. Pour les dirigeants, ce sont les relations avec le supérieur hiérarchique direct qui constituent le second déterminant, suivi de la rémunération globale, ex æquo avec le cadre de travail.

 

Tous les salariés – cadres, agents de maîtrise, employés et ouvriers – sont unanimes concernant le rôle de l’ambiance et des relations avec leurs collègues pour une bonne qualité de vie au travail. Viennent ensuite, pour les cadres, la conciliation des temps de vie et l’intérêt et le contenu du travail.

 

La conciliation entre vies privée et professionnelle, sujet important pour plus d’un tiers des salariés, n’est mentionnée que par 12 % des dirigeants. La reconnaissance, troisième déterminant de la qualité de vie au travail pour les salariés, n’est jugée satisfaisante que par la moitié d’entre eux. Elle constitue donc logiquement un des deux axes d’amélioration prioritaire de la qualité de vie au travail, au même niveau que les perspectives d’évolution.

 

Concernant la santé au travail, dirigeants et salariés sont unanimes : plus de 9 personnes sur 10 estiment que la santé et la qualité de vie des salariés contribuent à la performance. 83 % des dirigeants pensent que la qualité de vie au travail sera un thème de préoccupation majeur pour les entreprises dans l’avenir. Les raisons invoquées sont l’augmentation de la compétitivité de l’entreprise et la maîtrise de l’absentéisme. Sept salariés sur dix disent attendre des initiatives de l’employeur en matière de prévention santé