Réforme des retraites : Le Medef soutient le projet, mais insiste sur les facteurs de réussite

Le Medef soutient le principe d’un dispositif universel dans lequel chaque euro cotisé donne les mêmes droits, quel que soit le statut du cotisant. Mais le mouvement patronal estime qu’il y a des conditions à remplir pour en assurer la réussite.

Selon le Medef, afin que chaque euro cotisé apporte les mêmes droits, « il faudra clairement distinguer entre les droits acquis par le travail, financés par les contributions des actifs et des entreprises, et les dispositifs de solidarité financés par l’impôt ». L’organisation estime qu’un dispositif de pilotage doit assurer la pérennité du système. Lequel « prendra nécessairement prendre en compte l’allongement de la durée de la vie ».

 

Il y a une ligne à ne pas franchir : pas question d’augmenter les cotisations, ni de baisser les pensions, pour des raisons économiques et sociales.

 

Le Medef souligne aussi que tous les régimes (privé, fonctionnaires, régimes spéciaux) doivent fusionner au même rythme dans le nouveau système.  En outre, pour une raison d’équité, il faudra veiller à ce que les réserves des régimes qui en ont, à l’exemple de celles du régime Agirc-Arrco qui résultent des cotisations payées par les salariés et les entreprises du privé, bénéficient à ceux qui les ont constituées.

 

 Pour Claude Tendil (photo)  président de la commission protection sociale du Medef, il faudra  : « assurer l’équilibre du futur système et donner la priorité au levier de l’âge, à l’instar de ce que les partenaires sociaux ont su mettre en place dans les régimes Agirc-Arrco »