Réforme des retraites : les avocats ne veulent pas rejoindre le régime universel

Sans attendre la présentation du rapport du Haut-Commissaire Jean-Paul Delevoye prévue le 18 juillet, le Conseil national des barreaux (CNB) refuse toute absorption du régime spécial des avocats dans le régime universel. Cela « condamnerait à mort l’indépendance financière de la profession ». Le CNB prévient : si son alerte n’est pas prise en compte, il « appellera à une mobilisation sans précédent sur tout le territoire national, et à une manifestation dès la rentrée de septembre, a Paris ».

 

Le mouvement de protestation s’explique par un éventuel doublement des cotisations retraite, de 14 à 28 % . Lequel provoquera une hausse du taux de charges des avocats, jusqu’à 60 % au lieu de 46.

 

Les avocats perdraient également tous les avantages liés au principe de solidarité professionnelle de leur régime. Celui-ci impose une base de retraite commune, quel que soit le niveau de revenu antérieur des professionnels. Un principe qui protège les avocats au revenu plus faible et leur garantit le plein exercice de leurs fonctions. Christiane Féral-Schuhl, présidente du Conseil national des barreaux (photo), est catégorique : « Nous ne nous laisserons pas faire ».