Réforme du Code du travail : la CGT n’y voit pas l’intérêt des salariés

La confédération de Montreuil réagit durement au programme social dévoilé par le Premier ministre et la ministre du Travail. Elle se dit « interrogative sur la méthode de concertation envisagée ».

La CGT voit dans les pistes dévoilées par le «  des recettes déjà utilisées depuis plusieurs décennies qui n’ont jamais produit d’effets si ce n’est détruire, les droits, les protections des salariés sans aucune répercussion positive sur le niveau de l’emploi bien au contraire ». L’idée selon laquelle l’accroissement de la flexibilité, l’augmentation du pouvoir des employeurs est source d’une meilleure compétitivité et de création d’emplois, est très ancienne, poursuit le communiqué de la CGT qui oppose à cette approche « des études notamment de l’OCDE » qui tendent à prouver qu’il n’y a pas de relation entre le taux de chômage et le taux de protection de salariés.

 

La réforme du Code du travail revient, analyse l’organisation de Philippe Martinez (photo), à « décliner un code du travail entreprise par entreprise ». Une manière certaine, selon elle d’affaiblir les branches. De même, instituer un barème des indemnités prud’homales « induira du dumping social, alourdira le lien de subordination à l’entreprise déjà bien à l’avantage des employeurs ». Bref, entre Édouard Philippe et la CGT, le désaccord est total. E l’épreuve de force n’est pas loin : le syndicat appelle les salariés à «  se mobiliser pour peser dans les jours et les semaines à venir ».