Réforme du travail : une déception, pour la CFE-CGC

Parti d’une intention louable, le gouvernement s’est fourvoyé, estime la CFE-CGC. « Le projet de départ, qui était de simplifier le Code du travail et de favoriser l’emploi, a été perdu en route. À l’arrivée, nous sommes face à une réforme idéologique sans impact sur l’emploi, une énième réforme libérale qui va accroître la précarité et le dumping social »

 

 La confédération dirigée par François Hommeril (photo) s ne voient pas dans ces ordonnances le moindre élément de sécurisation pour les salariés, ni aucun facteur de dynamisation des entreprises. Ces ordonnances « n’aident pas l’entrée sur le marché du travail, mais en facilitent la sortie ». La disparition des CHSCT, fondues dans une instance unique est particulièrement soulignée comme erreur, une décision « paradoxale par rapport à l’esprit affiché en amont de la réforme, à savoir favoriser l’indispensable exercice du dialogue social dans les entreprises ». En outre, le doute demeure , concernant les moyens dont disposera la future instance.

 

Seules les dispositions qui améliorent la reconnaissance des parcours syndicaux trouvent grâce aux yeux de la CFE-CGC. Toutefois, insiste-t-elle, « ces mesures “ne suffisent pas à rééquilibrer des textes qui passent à côté des objectifs initiaux”.