Réforme : les ordonnances n’auraient pas d’effet positif sur le dialogue social dans les entreprises

Interrogés dans le cadre du Baromètre de l’emploi, de l’employabilité et du climat social en France, réalisé par le Cesi en partenariat avec Ipsos et Le Figaro Économie, les chefs d’entreprise et les salariés ne croient pas que la réforme du droit du travail aura un effet positif sur le dialogue social. Les travailleurs se disent inquiets sur son impact. Les chefs d’entreprise ne sont qu’une minorité (23 %) à se montrer convaincus d’une évolution positive en la matière.  Ces ratios sont à modérer, dans la mesure où le niveau de connaissance du contenu des ordonnances est assez faible. Par ailleurs, le climat général dans les entreprises reste serein.

 

Dubitatifs face au volet social, salariés et employeurs se montrent optimistes pour l’évolution économique et l’emploi. L’optimisme des chefs d’entreprise vis-à-vis de la situation économique et de l’emploi est à son plus haut niveau depuis la création de cet observatoire en 2009. Ils sont 30 % à considérer que leur business sera en croissance au cours des six prochains mois, soit une hausse de 12 points par rapport à l’année dernière.

 

Plus de la moitié des dirigeants interrogés pensent que la crise est enrayée et que leur activité va se stabiliser. Seuls 14 % d’entre eux anticipent un recul, cinq points de moins que l’an dernier. Sur ce point aussi, c’est un record, sachant qu’en 2009, 43 % du panel prévoyaient une érosion. L’optimisme est également de mise, en matière d’emploi. Parmi les personnes interrogées, 76 % comptent maintenir les effectifs, et 31 % espèrent les augmenter. Les salariés aussi positivent. Un sur trois s’attend à une croissance de l’activité, contre 50 % qui tablent sur une stabilité, et 13 % sur une baisse.

 

 À l’instar de leurs dirigeants, les salariés des plus grandes entreprises sont les plus optimistes (47 % de ceux qui travaillent dans une entreprise comptant 500 salariés ou plus pensent que l’activité de leur entreprise va augmenter dans les 6 mois). Chez les salariés, le moral est également au plus haut pour ce qui concerne le maintien de leur emploi dans l’entreprise.

 

L’Observatoire social de l’Entreprise, réalisé par le Cesi en partenariat avec Ipsos et Le Figaro Économie, scrute chaque année le moral des salariés du secteur privé et des chefs d’entreprise. Cette vague, la 12e, a été réalisée en novembre auprès de 401 chefs d’entreprise et de 1002 salariés.