Régime des intermittents : le Medef défavorable à l’éclatement du régime d’assurance chômage

La réaction du patronat aux annonces du premier ministre concernant le régime des intermittents du spectacle n’a pas tardé. Manuel Valls avait indiqué que les représentants de la profession seraient associés à la négociation de leur régime spécifique d’indemnisation, préservé par voie législative. Il suivait en cela les préconisations de la mission de concertation sur l’avenir de ce mécanisme éminemment déficitaire. « Le Medef rappelle son profond attachement au principe de solidarité interprofessionnelle qui gouverne le régime d’assurance chômage, géré par les partenaires sociaux de l’interprofession, garant d’une égalité de traitement de tous les allocataires, quel que soit leur secteur d’appartenance », vient de faire savoir l’organisation d’employeurs.

 

Reconnaissant la particularité des emplois culturels, le patronat « accueille favorablement la proposition d’organiser une grande conférence sur les métiers du spectacle, tous les cinq ans, pour disposer d’une vision à moyen et long termes de l’emploi dans ce secteur ».

 

En revanche, il estime que  le financement du régime spécifique d’assurance chômage qui leur est applicable repose très largement sur la solidarité interprofessionnelle des seuls salariés et des seules entreprises du secteur privé. L’assurance chômage doit donc rester interprofessionnel, en répondant à des problématiques globales liées aux conjonctures économiques et aux politiques de l’emploi.

 

Pour les employeurs, pas question de réouverture de négociation sur le sujet, et encore moins de de sanctuariser par voie législative « un système d’indemnisation spécifique qui, in fine, se traduirait par des contraintes supplémentaires aux capacités de négociation des partenaires sociaux gestionnaires de l’assurance chômage et, en conséquence, par une iniquité de traitement entre les demandeurs d’emploi ».

 

 Jean-François Pilliard, vice-président président en charge du pôle social insiste : « le Medef prend acte de la proposition d’un renforcement de la concertation avec les acteurs du secteur, dans des conditions et un cadre à définir, l’objectif étant une meilleure compréhension des enjeux spécifiques en amont des prochaines échéances de la négociation interprofessionnelle relative à l’assurance chômage. Cela doit néanmoins se faire dans le respect du principe d’égalité de traitement de l’ensemble des allocataires du régime ».

 

 Un groupe paritaire politique doit se mettre en place prochainement, en application de l’accord du 22 mars 2014, pour traiter de l’ensemble de ces sujets en vue de la prochaine négociation sur l’assurance chômage.