Relations entre managers et collaborateurs : le confinement change la donne

L’épidémie de coronavirus impacte les relations entre les managers et leurs collaborateurs, indique l’ étude que publie Cadremploi ce 3 novembre. Menée début octobre, elle montre que plus de six cadres sur dix sont insatisfaits de leur rapport avec leur manager depuis le confinement de mars dernier.

Cadremploi a dans un premier temps interrogé les cadres « managers » du panel (46 %) sur la perception de leur rôle et les principaux défis auxquels ils sont actuellement confrontés. Selon eux, la capacité à déléguer et à faire confiance (82 %), l’écoute des membres de son équipe (70 %) et la faculté à prendre des décisions (63 %) restent les trois principales caractéristiques d’un « bon » leader. On note toutefois que certaines qualités prennent de l’ampleur en étant considérées comme « plus importantes » qu’avant la crise : c’est notamment le cas de la capacité à transmettre de l’information descendante et ascendante (54 %) ou à se rendre disponible (54 %).

 

On note que les principaux défis résident dans le fait de garder ses collaborateurs motivés (49 %), maintenir de la cohésion au sein de son équipe (42 %) et trouver le juste équilibre entre les craintes des collaborateurs et les impératifs de l’entreprise (41 %).

 

Cadremploi a aussi, dans un second temps, interrogé les collaborateurs « managés » . Résultat : 45 % d’entre eux déclarent moins communiquer avec leur chef d’équipe. En outre, ils sont 63 % se déclarent insatisfaits du rapport avec le supérieur hiérarchique. Les plus critiques (32 %) trouvent même que leur chef a changé négativement depuis le premier confinement de mars dernier et le 30 % le jugent « dépassé par la situation ».

 

Autre point surprenant, si les managers se considèrent majoritairement bienveillants (74 %), « responsabilisants » (58 %) et transparents (50 %), les cadres « managés » les perçoivent comme autoritaires (30 %), directifs (27 %) et négatifs (24 %).

 

« La situation inédite que nous vivons tous depuis quelques mois a naturellement perturbé les relations au sein de l’entreprise. En mars dernier, les managers n’étaient pas tous préparés à gérer leurs équipes à distance ce qui peut expliquer en partie les frustrations qui émergent de l’étude. A l’heure où la France « se reconfine », il reste à savoir si ces tensions vont s’amplifier ou au contraire s’apaiser. Les entreprises ont désormais l’expérience du premier confinement et devraient donc mieux s’adapter à la situation » , analyse Élodie Franco Da Cruz, responsable des études chez Cadremploi.