Religion en entreprise : pour la CGPME, la loi travail pose plus de problèmes qu’elle n’en règle

L’organisation des petits patrons ne trouve que des désavantages à l’article 6 du projet de loi sur le travail, relative à la liberté de religion en entreprise, et en demande le retrait. Motif : il risque de mettre à mal la culture des entreprises. « La culture de l’entreprise ne se résume pas au simple bon fonctionnement. Elle prend également en compte l’identité et les valeurs qu’elle véhicule au travers de son activité ou de ses salariés. En ce sens chaque entreprise est différente et il appartient donc à chacune, dans le respect du dialogue avec ses salariés, de mettre en place, le cas échéant, les dispositions nécessaires », dit la CGPME dans un communiqué.

 

Codifier, ainsi que le dispose l’article 6 de ce texte, la liberté religieuse au sein de l’entreprise en ne prévoyant de restrictions… qu’en fonction « des nécessités du bon fonctionnement de l’entreprise », est, dans le contexte actuel, potentiellement source de conflits au travers des interprétations différentes qui en seront faites, argumente encore le mouvement.

 

La ministre du Travail, Myriam El Khomri, avait anticipé les critiques, en affirmant que cet article n’introduit « aucun changement ».