Renault mondialise un peu plus le dialogue social

Un avenant à l’accord de groupe renforce la participation des représentants des salariés d’entités ayant leur siège hors de l’Europe et établit un statut unique pour tous

Le texte signé par les représentants syndicaux des principaux sites de Renault en Europe, le syndicat international IndustriALL Global Union et le groupe Renault, renforce le dialogue social au niveau mondial. Il précise les conditions dans lesquelles le comité de groupe monde peut être réuni. Ce cénacle se tient une fois par an pour discuter avec la direction générale de la situation et des orientations stratégiques. Il est composé de 40 membres titulaires, dont neuf issus pays situés en dehors de l’espace économique européen. Cette année, pour la première fois, l’Inde aura un siège et le Maroc, où Renault possède deux usines avec plus de 6,000 salariés, aura deux représentants.

 

Conformément à la convention n° 135 de l’OIT, l’avenant stipule que les membres du comité bénéficient du statut de protection accordé aux représentants des travailleurs dans l’entreprise.

 

Le comité de groupe monde est l’instance de suivi de l’accord-cadre mondial qu’IndustriALL Global Union a signé avec la direction générale de Renault en 2013 et qui ouvre la voie à d’autres accords-cadres.