Représentativité : la CFTC Métallurgie jette une pierre dans le jardin des politiques

Les métallos CFTC mettent le gouvernement dans l’embarras, en réclamant une modification du critère de représentativité. « Pourquoi reconnaît-on la représentativité d’un parti politique et donc son financement à partir du moment où il obtient 5% des voix, alors qu’un syndicat n’est représentatif qu’avec 10% dans les entreprises et 8% dans les branches ? », interroge sans ambages Joseph Crespo, président de la Fédération CFTC Métallurgie (photo).

 

L’organisation demande au gouvernement de légiférer par ordonnance afin de rétablir l’équité. « Ou bien les partis politiques sont représentatifs à partir de 8 ou même 10%, comme les syndicats, ou bien l’ensemble du monde politique et syndical est logé à la même enseigne et c’est le chiffre de 5% qui est la règle pour tous ». Joseph Crespo, veut être reçu par la ministre du Travail, Muriel Pénicaud pour évoquer ce sujet, en même temps que « l’avenir des entreprises et des emplois  de la branche afin d’anticiper les mutations importantes que vont entraîner la digitalisation et la robotisation ».