Représentativité patronale : le Medef en tête, la CPME devance l’U2P et l’UNAPL, associées

La première mesure de la représentativité patronale ne provoque aucun chamboulement. Le Medef reste numéro un. Pas en nombre d’entreprises adhérentes, il est crédité de 29,41 %. Mais compte tenu du mode de calcul qui tient compte du nombre de salariés, il distance largement la CPME, deuxième, avec 34,54 % des entreprises adhérentes à une organisation patronale, mais seulement 25 % des salariés du secteur privé. 

 

 

Au plan national interprofessionnel (industrie, services, commerce, construction), le Medef représente 71 % des salariés des entreprises concernées par la mesure de la représentativité patronale. Le seuil d’opposition à un accord national interprofessionnel étant fixé par la loi à 50 %, le mouvement présidé par Pierre Gattaz est donc incontournable.

 

Le Medef voit ainsi reconnu et conforté son rôle essentiel pour le dialogue social, dans notre pays, pour l’emploi et la compétitivité de nos entreprises, dit l’organisation. Pour son président,« le Medef joue pleinement son rôle pour permettre aux entreprises de se développer dans une économie compétitive, et pour mettre en place dans le dialogue social des réformes ambitieuses pour relancer l’activité et l’emploi ».

L’UPA rebaptisée U2P avec le renfort de l’UNAPL, réunit quasiment le même nombre d’entreprises que la CPME mais se fait largement distancer sur le nombre de salariés, en étant crédité de 4,22 %.