Ébranlée, la CGT n’est plus numéro un incontesté, au niveau national

Pas tout à fait détrônée par la CFDT, plus totalement leader, la CGT  sauve la mise. En agrégeant les résultats des élections TPE et de l’ensemble des IRP, la CGT recueille 1 304 312 voix, soit 24,86 %, sur la foi du cycle électoral de 4 années (2013-206)censé mesurer la représentativité des organisations syndicales dans les entreprises de plus de 10 salariés, et qui s’est achevé le 31 décembre dernier.

 

Selon les résultats que vient de communiquer le Haut Conseil du Dialogue Social, dans les entreprises dotées d’institution représentative du personnel (IRP), 4 923 083 millions ont eu l’occasion de se prononcer au moins une fois sur une ou plusieurs listes présentées par des syndicats, soit près de 60 % des salariés.

 

Première organisation dans les TPE et première organisation auprès des 5 millions d’agents de la fonction publique, la CGT demeure première organisation sur l’ensemble du salariat du secteur privé et de la fonction publique avec une audience de 24,27 %. Mais la confédération de Montreuil arrive en seconde position dans le secteur privé, au profit de la CFDT.  Et c’est une révolution. Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT a réussi en partie son pari.

 

« Quand la CGT est présente à une élection, elle enregistre le plus souvent de meilleurs résultats que ses homologues syndicaux. Cela ne suffit pas à compenser un écart de 500 000 électeurs avec la CFDT et les reculs électoraux dans quelques grandes entreprises » se console son état-major, tout en reconnaissant que « la CGT ne peut se satisfaire de ce résultat. C’est d’un déficit de présence auprès de l’ensemble du salariat auxquelles la CGT est confrontée pour prétendre demeurer être la première organisation syndicale du secteur privé ».